athlete industriel

NE dites plus employés surmenés, dites “athlètes industriels”

Selon une brochure obtenue par Motherboard, Amazon demande à ses employés d’entrepôt de ne pas se considérer comme des travailleurs surmenés d’une énorme machine à broyer l’âme, mais comme des “athlètes industriels“. Dans cet optique les employés doivent se préparer mentalement et physiquement comme quelqu’un qui s’entraîne pour un événement sportif. La comparaison est un euphémisme troublant pour une entreprise dont les travailleurs ont presque deux fois plus de blessures graves que le reste de l’industrie du stockage et qui depuis la dernière polémique des bouteilles de plastiques se trouvent souvent incapables de prendre une simple pause pour aller faire pipi…

Conseils de survie pour employés surexploités

Le dépliant indique aux employés que certains d’entre eux marcheront jusqu’à 10km au cours de la journée, brûlant en moyenne 400 calories par heure. Elle suggère également toutes sortes de moyens pour aider les travailleurs à se préparer à la vie d’athlète, notamment en modifiant leur régime alimentaire et leurs horaires de sommeil et en s’assurant qu’ils ne sont pas déshydratés tout au long de la journée en surveillant la couleur de leur urine. Il suggère également aux employés d’acheter des chaussures “en fin de journée, lorsque [leurs] pieds sont gonflés”, afin d’éviter les tensions et les ampoules – des conseils qui seront familiers aux coureurs de fond ou aux randonneurs de plusieurs jours.

A découvrir : le big data en France

Une comparaison ridicule

Une chose qu’Amazon ne dit pas, c’est que les athlètes s’entraînent pour une épreuve dont la date de fin est définie. Les athlètes ne sont pas en compétition jour après jour, et ils ont le temps de se reposer et de récupérer entre les deux. La comparaison devient encore plus ridicule lorsque vous regardez à quoi ressemble réellement la journée d’un athlète professionnel : un temps important est consacré à l’échauffement pour éviter les blessures, l’entraînement peut ne durer que quelques heures par jour. Un athlète est bichonné et il a du temps dédié au le repos ou pour faire des siestes. De plus, tout athlète dispose d’une assistance alimentaire et est accompagné pour ses efforts importants sur le plan de sa nutrition.

On peut affirmer sans risque de se tromper que la plupart des employés des entrepôts Amazon n’ont pas de nutritionnistes professionnels et/ou de chefs qui s’occupent de leurs besoins alimentaires. Si un employé voulait compenser les calories qu’il brûle au cours d’une journée de travail donnée, il devrait manger près de 40 pommes, ou plus de 1 000 carottes miniatures s’il était affecté à l’un des “mégacycles” de 10 heures de l’entreprise. Amazon dit bien qu’elle essaie de fournir aux travailleurs des en-cas sains, mais ce n’est pas vraiment rassurant.

source : https://twitter.com/MaliciaRogue/status/1400336130030120961

Un virage dangereux

Contrairement aux véritables athlètes – qui ont une expérience physique de toute une vie leur permettant de s’entraîner et de concourir à un haut niveau – de nombreux employés d’Amazon n’ont aucune expérience du travail très physique. Il n’est donc pas étonnant que les rapports continuent de faire état de taux de blessures relativement élevés chez Amazon : Les travailleurs d’entrepôt d’Amazon ont eu presque deux fois plus de blessures graves que les autres travailleurs d’entrepôt en 2020, ce qui est en fait une amélioration “marquée” par rapport aux chiffres de 2017, 2018 et 2019.

Amazon a déclaré à Motherboard qu’elle avait immédiatement retiré le dépliant après sa création, mais le travailleur qui l’a fourni a déclaré qu’il était là depuis novembre.

Conclusion

Si Amazon veut que ses travailleurs se considèrent comme des “athlètes”, la solution n’est pas de mettre en place des programmes de bien-être ou de pousser les employés à vérifier la couleur de leur pipi. Elle devrait plutôt les laisser travailler à un rythme raisonnable et leur fournir un soutien et du personnel pour qu’ils restent en bonne santé. Les entraîneurs ne cherchent pas à extraire la valeur maximale d’un athlète pour ensuite l’écarter s’il est blessé. Dans le cas d’un travailleur qui a parlé à Motherboard, il a déclaré que parmi tous les employés d’Amazon qu’il a dû consulter pendant le processus de récupération d’un accident du travail, une seule personne lui a demandé comment il se sentait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *